Guide Voyage Séville - Andalousie - KARAVEL
 

Séville et l'Andalousie

Présentation

Cadix

Scénario classique. Comme Saint Nazaire qui doit sa prospérité à Nantes, Cádiz (ou Cadix, en français) doit la sienne à l’envasement du port fluvial de Séville. Aux XVII et XVIIIème siècles, l’histoire de Cádiz est celle d’une longue communion avec la mer. L’Amérique Latine et ses fabuleuses découvertes transforment son devenir. Elle devient la tête de pont du commerce avec les colonies et des fortunes de se construire en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Les églises sont re-liftées, des demeures privées et les quartiers  généraux de compagnies de commerce sortent de terre. Les comptoirs et les quais se gorgent de produits exotiques tandis que la Casa de Contratación y prend ses quartiers. Accueillant à bras le corps cette richesse, Cádiz ne voit pas poindre sa déchéance que lui apportera la fin du monopole sur le commerce en 1778 et la perte des colonies en 1898. Elle en porte encore les stigmates. Pourtant, la communion se poursuit entre la ville et la mer. À titre d’exemple, sa cathédrale édifiée sur plus d’un siècle (de 1722 à 1838) continue sans cesse à subir les assauts des embruns. Le sel ne fait rien pour arranger les choses. C’est la cathédrale des perpétuelles réfections. Ce sel du quotidien pique également les gaditanos d’une envie folle de liberté. Artisans de la première constitution libérale, les habitants pendant la Guerre d’indépendance se constituent en Assemblée. Aujourd’hui, Cádiz n’a rien perdu de sa verve et de son goût à railler tout pouvoir. Son carnaval en est l’une des plus vives expressions. Il ne faut pas se laisser décourager par l’enfilade peu accueillante d’immeubles. La « tacita de plata » (la petite tasse d’argent) mérite qu’on pénètre en son sein.

Guide pays


Pratique