Guide Voyage Séville - Andalousie - KARAVEL
 

Séville et l'Andalousie

Présentation

Introduction

Ces petites villes (Arcos, Vejer, Jimena, Castellar)  constituent certainement l'image la plus marquante de l'Andalousie. Ellesse situent toutes dans l'arrière pays andalou et sont fortement marquées par les premiers temps de la Reconquête. Longtemps elles ont constitué un verrou, une "frontière" au sens premier du terme, entre deux mondes. Le musulman et le chrétien. Peu de grandes batailles, comme Navas de Tolosa, s'y sont tenues. Dans ce milieu rural prendre une ville rimait souvent avec tenir un siège. Quelques jours, quelques semaines, plusieurs mois : il s'agissait de gagner des points dans une géopolitique à échelle lilliputienne.

On explique l'origine des populations berbères par la volonté d'Al Manzor. A peine débarqué sur la péninsule, il aurait distribué des terres à ses premiers soutiens (notamment la famille des Banu Hammud). D'ailleurs, pendant longtemps et jusqu'à l'éviction claire des musulmans par Philippe III en 1609, le changement d'obédience ne signifiait pas une grosse modification dans la vie quotidienne des habitants des villages de la frontière. Tout juste le pouvoir avait changé de mains mais le dicton espagnol "quien tiene un moro tiene oro" est limpide. L'or de l'époque était la mise en valeur des terres par ces extraordinaires agriculteurs (les Maures) qui maîtrisaient l'eau comme nul autre. Ce qui explique également leur caractère quasi authentique. Par la suite, les crises frumentaires, les latifundiua et l’isolement de l'arrière pays andalou ont drastiquement limité tout changement.

Restent donc aujourd’hui de magnifiques petits villages parfois situés – comme Jimena – sur la "route du taureau", celle des ganaderias, gigantesques élevages à ciel ouvert où pendant près de trois ans les bovidés mènent une vie de patachon. On y trouve également de belles ventas, petites gargotes improvisées, vendant bien souvent tout et n'importe quoi. C'est dans ces lieux que s'est développé le vrai flamenco avant même que les romantiques se piquent de passion pour ce genre musical. Les ventas ont toujours été (et demeurent encore aujourd'hui) un lieu qui rime avec illicite : chants prohibés et païens, gitanerie persécutée et moribonde, produits de contrebande, ce sont de véritables auberges espagnoles. Celles des villages de la frontière possédaient tous leur chausse trappe, une porte d'entrée différente de la porte d'entrée. Comme dans les vieux westerns.

Pas besoin de beaucoup de mots pour se faire convaincre. Il suffit d'être au volant de ces petites routes de campagne pour profiter du charme de ses paysages et rentrer avec humilité dans ces petits villages hors du temps.

Guide pays


Pratique