Guide Voyage Séville - Andalousie - KARAVEL
 

Séville et l'Andalousie

Introduction

Séville

Ni ville musée, ni ville grouillante, Séville est une ville à visage humain. Jadis, elle connut les fastes de la période musulmane et l’émulation de trois cultures, maure, juive et chrétienne. Puis, les retombées économiques de la découverte du Nouveau Monde lui valurent de connaître un "boom" quasi perpétuel du XVIe et XVIIe siècles. Pénétrée des souvenirs de la Reconquête, ou revendiquant la gloire de la découverte de l’Amérique, cette porte de l’Andalousie est un port sans vraiment l’être. Pour autant elle reste fière et élégante. Presque aristocratique. Pour preuve, les nombreuses casetas de la Feria où il faut montrer patte blanche pour pouvoir siroter un verre de rebujito ou de jerez. Les itinéraires-découvertes de monuments historiques sont multipliables à loisir sur les pavés de la capitale andalouse. Mais derrière le vernis de ces fleurons de l’architecture mudéjar ou plateresque, se révèle l'âme véritable de Séville : les quartiers. C’est dans ces derniers que l’on soigne les larmes de cristal de la Madone pour les brandir lors de la Semaine sainte. C'est à Triana qu’on partira à la rencontre de la nouvelle "gitanerie" sévillane. A El Arenal qu’on poussera la porte des demeures à la façade couleur de terre battue, pour goûter au calme profond de ses patios. Les courbures du fleuve dans lesquelles la ville s'est naturellement lovée ne parviennent pas à rafraîchir Séville. Surnommée la sartenilla de España, la "poêle à frire", la ville voit ses températures avoisiner les 35 °C en été. Le soleil laisse peu de répit aux badauds, qui jonglent d’un trottoir à l’autre, entre ombre et rayons. Aussi faut-il se prélasser dans les senteurs envoûtantes des orangers et des jasmins en fleur dès les premiers beaux jours du printemps. Séville est une belle ville. Comme une belle fille, il ne lui manque rien. Pas même l’insolence. 

Guide pays


Pratique